Galerie Jacques Lacoste Design des années 30-60

Jacques Lacoste

Il était une fois un regard, celui de Jacques Lacoste. Lorsque l’on lui propose les Archives de Jean Royère, qu’il acquiert, fasciné par la richesse de ces quelques 5000 documents. Outil exceptionnel de recherche et d’authentification, somme emblématique de la création des années 50, elles transformeront cet historien d‘art et son équipe en véritables archéologues du design. La galerie devient le lieu obligé d’expertise des créations de Jean Royère.

Son regard encore, qui se pose lors d’une visite au siège social de Saint-Gobain, sur un ensemble de mobilier et de luminaires en dalles de verre sablé, laissé en déshérence, et qui décidera de son engouement pour le travail de Max Ingrand. Il deviendra le spécialiste incontournable du célèbre maître verrier.

De la géométrie rectiligne des années 30 à la géométrie curviligne des années 50, la galerie Jacques Lacoste poursuit son travail de recherche. Chaque objet a sa mémoire, qu’elle est-elle ? La retracer, la faire revivre, voilà l’une des missions que s’impose la galerie où les créations de Jean Royère, Max Ingrand et Alexandre Noll côtoient les céramiques de Georges Jouve ou les luminaires de Serge Mouille… réduisant peu à peu l’espace qui sépare mobilier et sculpture.

×